Accueil

Dératisation

 

 

Désinsectisation

 

 

Désinfection

 

 

Dépigeonnisation

 

 

Traitements des charpentes

 

 

Fumigation

 

 

Détaupinage

 

 

La boutique

 

 

Contact

 

Loconet intervient en Franche Comté et Bourgogne

  

(Autres départements, nous consulter)

 

Informations et renseignements: N° 03 84 81 38 46

 

     LOCONET 12 rue des forges . 39700 DAMPIERRE

Téléphone : 03 84 81 38 46 Portable : 06 64 81 38 46  Fax : 03 84 81 38 47

Formulaire de contact

   Boutique de vente en ligne, produits et accessoires .. Cliquer içi..

Traitement préventif et curatif des bois de charpentes contre les insectes xylophages (Capricornes, lictus, vrillettes).

Les techniciens de LOCONET opèrent un traitement en profondeur par injection d’insecticide dans toutes les grosses pièces de bois, y compris les chevrons.

Nos devis sont basés sur la surface réelle des bois.

 Nos traitements sont couverts par une garantie décennale

Le traitement des bois de charpentes

 

Le Capricorne des Maisons : Très répandu en France, Le Capricorne des Maisons pond une centaine d'œufs dans les bois résineux œuvrés. Le cycle larvaire dure 5 ans environ. Durant ce cycle, chaque larve peut creuser ses galeries dans les charpentes, lambris, menuiseries à la vitesse de 8 à 10 mm par jour !

Le traitement curatif : Le traitement curatif du Capricorne des maisons et celui de l'Hesperophanes sont très comparables.

La rémanence de ces produits dans le bois prémunit l'ouvrage contre toute infestation ultérieure. Ce traitement comporte 5 phases essentielles :

   

 

1. Le sondage des bois, qui permet de définir les zones attaquées dans l'ouvrage.
2. Le bûchage des pièces de bois attaquées, afin d'éliminer les parties fortement vermoulues et sans résistance mécanique.
L'opérateur peut ainsi mieux apprécier la gravité des destructions, et définir les bois n'assurant plus leur fonction mécanique. Les bois de dépose doivent être brûlés sans attendre, afin d'éviter la propagation de l'infestation.
3. Le brossage: dépoussiérage des bois, afin de maximiser la bonne pénétration du produit de traitement à la surface du matériau.
4. L'injection sous pression du produit de traitement dans les éléments de structure de forte section. Cette injection se fait selon une technique permettant de tuer ou de barrer inévitablement la "route alimentaire" de la larve.
5. L'application de surface du produit de traitement sur toutes les faces accessibles des éléments de bois.

La compétence nécessaire d'une entreprise qualifiée. Le traitement chimique implique une bonne connaissance des phénomènes liés à l'infestation, ainsi que des techniques et des produits de traitement. L'emploi de pesticides efficaces et de solvants pétroliers inflammables induit des méthodes d'application et de protection prenant obligatoirement en compte la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement. L'obligation de respecter les réglementations en cours et des responsabilités civiles devra conduire systématiquement le donneur d'ordre à choisir une entreprise qualifiée.

 

 

Les Lyctus : Très répandu en France, le Lyctus est un insecte xylophage dont la larve vit dans les bois d'œuvre feuillus.
La grande fécondité de la femelle, le nombre d'œufs à chaque ponte, la longueur du cycle larvaire (en moyenne 1 an), la vitesse d'ingestion du bois par la larve font de cet insecte un destructeur redouté des menuiseries extérieures et intérieures, les parquets, meubles et lambris. Les indices de l'infestation apparaissent souvent très tardivement.

 

La Grosse Vrillette : La Grosse Vrillette (Xestobium Rufovillosum) est un insecte xylophage dont la larve altère l'aubier des bois d'œuvre exposés à l'humidité ou attaqués par les champignons lignivores.
L'augmentation des cas d'attaque ces dix dernières années est essentiellement due à des travaux de réhabilitation menés en non conformité des règles de la construction et foyer de désordres hygrométriques.
Le cycle biologique dure de 3 à 10 ans. Longue à se manifester, l'infestation est donc l'indice de pathologies du bâtiment aggravées par l'attaque de champignons de pourriture.

Le traitement curatif des champignons:

Le traitement curatif des champignons de bois d'œuvre comporte une phase de suppression des désordres liés à la présence d'eau dans l'ouvrage. Le traitement chimique intervient fondamentalement dans l'élimination du champignon.

Le traitement fongicide : Le traitement fongicide des bois d'oeuvre est délicat à réaliser en raison du caractère cryptogamique de l'attaque, liée de surcroît à des désordres hygrométriques. Ces caractéristiques peuvent générer des situations complexes d'infestations parallèles couplées avec des attaques fongiques.
Le traitement fongicide est donc nécessaire, mais pas toujours suffisant. Un plan d'action concret de restauration de l'état sanitaire du bâtiment doit être conduit parallèlement pour assurer le succès des interventions.
L'entreprise doit posséder une connaissance approfondie de la biologie du champignon, ainsi que des techniques de construction, afin de bien cerner l'étendue des désordres, apparents ou cachés, déclarés ou latents. Le prescripteur devra particulièrement veiller à la bonne qualification

Il est réalisé en trois opérations.

- Préparation du chantier. Il est impératif dans un premier temps de bien circonscrire la zone à traiter. Tous les éléments en bois attaqués dont les caractéristiques mécaniques sont devenues insuffisantes doivent être déposés et brûlés.

- Traitement du sol et des maçonneries. Les maçonneries doivent être soigneusement grattées et brossées, avec un soin particulier au niveau des joints susceptibles d'abriter des rhizomorphes ou des filaments. La surface des murs doit être stérilisée thermiquement ou chimiquement. Les maçonneries doivent subir un traitement par application de surface et par injection d'un fongicide en profondeur.

- Traitement des bois d'oeuvre. Les bois de structure doivent être traités par injection en profondeur sous pression avec un produit de traitement fongicide en solvant organique. Les injections doivent être pratiquées sur toute la longueur des bois contaminés ainsi qu'au niveau des encastrements en maçonnerie. Le nombre d'injections ne peut être inférieur à 3 par mètre. L'ensemble des éléments en bois doit ensuite recevoir une application de produit fongicide en surface.

Le champignon des bois d'œuvre : Les champignons lignivores constituent une pathologie du bâtiment liée à des désordres hygrométriques de l'ouvrage. Leurs attaques extrêmement insidieuses causent des ravages profonds dans les structures et les maçonneries. Les conséquences physico-chimiques de leur action sur les bois d'œuvre favorisent le développement d'insectes à larves xylophages.

Un traitement curatif complexe : Le traitement fongicide de l'ouvrage nécessite la connaissance profonde du mode de développement des champignons, ainsi que des désordres de la construction. Ce traitement implique le plus souvent une restauration de l'état sanitaire du bâtiment.

 

 

 
 
Contactez nous par Email